Cédric Herrou condamné avec sursis, probablement la moins mauvaise décision pour ce type de cas, très complexe :

– il faut condamner car on ne peut pas autoriser en toute impunité le non-respect des lois,
– avec sursis car tant que la désobéissance est strictement généreuse (pas d'enrichissement, pas de mise en danger de la vie d'autrui), la justice doit rester mesurée.
Il faudrait que le code pénal se penche sur le cas des désobéisseurs civils (aide aus réfugiés, faucheurs d'OGM…).
Avant de faire de Cédric Herrou un héros il faudrait aussi sonder le fond de son cœur… en effet, comme je l'ai déjà écrit :
– on doit prendre notre part de l'accueil de la misère du monde (et à ce jour on ne le fait pas),
– mais on ne doit pas se réjouir d'accueillir le plus de migrants possible, ceux-ci seraient en général plutôt utiles dans leur pays d'origine. L'aide au développement de l'Afrique est la priorité.