Economie : bilan 2014 et perspectives 2015

En 2014 :

– la croissance du commerce mondial a ralenti, principalement à cause du ralentissement de la croissance chinoise,

– la croissance américaine est toujours aussi insolente, au détriment des inégalités et peut-être de l’environnement,

– la croissance chinoise ralenti, entrainant dans son sillage la croissance des pays émergents qui lui fournissent ses matières premières,

– la croissance européenne frôle toujours la récession, la croissance allemande est de moins en moins flamboyante,

– le Japon est en récession.

En 2015 : on surveillera la vitesse à laquelle la Fed sortira de son programme de soutien à l’économie, la vitesse à laquelle la BCE y rentrera au contraire, la croissance et surtout l’explosion de bulles en Chine et ailleurs dans le Monde.

Dans le détail :

– aux Etats-Unis : rien ne semble arrêter la croissance, qui s’appuie sur le faible coût des gaz de schiste et la main d’oeuvre. Les Etats-Unis ramènent leur production aux Etats-Unis, sont moins dépendants aux échanges internationaux, ils semblent en situation assez favorable,

– en Chine : le ralentissement de la croissance mondiale coûte cher à la Chine, la croissance risque d’être rapidement insuffisante pour la paix sociale dans le pays, et on peut se demander si les réformes en cours vont permettre d’élever réellement le potentiel de l’économie chinoise,

– en Europe : l’Allemagne perd de sa superbe, l’Europe lance un plan d’investissement symbolique, l’Euro baisse, la France et l’Italie bénéficient d’un sursis de la part de la nouvelle Commission. Une changement de stratégie (bienvenu) est peut-être à l’oeuvre,

– en Russie : le Rouble s’effondre, l’inflation galope et la Russie est toujours incapable de développer son industrie…

– globalement l’investissement est toujours insuffisant pour promettre des lendemains qui chantent.

Le Monde est-il entré dans une phase de stagnation séculaire ?

Depuis la crise des subprimes :

  • l’économie américaine est repartie et a créé des emplois,
  • les économies émergentes ont ralenti,
  • l’Union Européenne est quasiment en récession et en déflation.

Le Monde est-il entré dans une phase de stagnation séculaire ?

La finance ne travaille plus pour l’industrie mais pour elle-même.

Le marché est devenu plus fort que la démocratie.

Il n’y a plus d’investissements, il n’y aura plus de productivité.

Les inégalités se creusent…

Par ailleurs le Monde est inondé de liquidités.

A part en créant provisoirement des emplois via des bulles, pour le moment, on ne voit pas comment l’économie pourrait repartir sérieusement.