Démêler le chaos syrien

Certains politiques et intellectuels pensent qu’il faut tolérer Bachar et se concentrer sur la lutte contre l’organisation État Islamique car Bachar ne nous menace pas directement. C’est une double erreur : l’EI est la conséquence de Bachar, par le contraire, par ailleurs Bachar ne pourra pas reconstruire la Syrie et faire revenir les réfugiés.

Espérons que nous n’aurons pas de dérapage islamiste en France

En ce jour de prise d’otage en Australie, espérons que nous n’aurons pas à subir un acte barbare comme une décapitation sur le sol français, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux. Bien entendu, dans la totalité des musulmans et des arabes veulent vivre en paix. Les musulmans sont même les premières victimes des illuminés. Malheureusement il y a un certain nombre de français, y-compris parmi les politiques, qui n’hésitent pas à dénoncer les dérives de l’islam sans prendre les précautions de distinguer ces illuminés du reste des musulmans.

« Cessons ces guerres suicidaires et donnons enfin une chance à la paix ! »

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2014/09/30/cessons-ces-guerres-suicidaires-et-donnons-enfin-une-chance-a-la-paix_4496657_3232.html

L’analyse de DDV est limpide et lucide : les dernières guerres menées par l’Occident furent suicidaires : Afghanistan en 2001, Irak en 2003, Libye en 2011. Qu’elles fussent menées pour de bonnes ou de mauvaises raisons, elle furent toutes suicidaires. Sauf celle du Mali.

Néanmoins :

DDV ne pousse pas assez loin son analyse, et ne propose pas de réelle alternative,

Par ailleurs la guerre a été lancée contre l’Etat Islamique sans qu’une stratégie n’ait été définie par ses belligérants Occidentaux, c’est un problème, mais :

– il n’est pas concevable de ne pas intervenir face à l’urgence,

– ces belligérants ont eu l’intelligence d’obtenir le remplacement de Maliki avant toute intervention, et de ne pas engager leurs troupes au sol,

Les dirigeants occidentaux conscients des risques ont eu l’intelligence de ne pas commettre de nouveau certaines erreurs du passé.